Aménagement paysager – Terrasse / balconPourquoi et comment transformer son jardin urbain en un refuge pour la biodiversité ?

https://www.vert-morisson.fr/wp-content/uploads/2022/05/AdobeStock_24413516-hotel-insectes.jpg

Vous entendez de plus en plus parler de la possibilité de transformer votre jardin urbain en un refuge pour la biodiversité, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Cet article est fait pour vous. Nous vous expliquons les grandes étapes pour le créer, tout en vous informant sur la démarche à suivre et les points de vigilance.

Pourquoi faut-il favoriser la création d’un refuge pour la biodiversité dans votre jardin ?

Contrairement à ce que l’on imagine, tous les jardins peuvent être un refuge pour la biodiversité. Et ce, notamment dans les régions où l’urbanisation s’est énormément développée ce qui a, au fil des années, fait disparaître certaines espèces fondamentales à l’éco-système. Il est à la portée de tous, de créer un jardin, même petit, pour favoriser et accueillir la biodiversité grâce à quelques gestes simples ou quelques (petits) aménagements.

Protéger la biodiversité, c’est aussi protéger notre avenir. Non, nous ne sommes pas fous. Reprenons les bases : le bon fonctionnement de notre planète (cycles du carbone, de l’eau, de l’oxygène…) est lié à la santé des écosystèmes. Une espèce qui disparaît, c’est un des maillons d’une chaîne qui est brisé, remettant en question la survie d’autres espèces… Ça peut paraître simple, mais c’est pourtant le fonctionnement de notre planète.

Par exemple, il existe un lien entre les plantes et les papillons. Les plantes se reproduisent grâce à l’intervention de papillons, qui assurent la pollinisation, et les chenilles ne peuvent grandir que sur certaines espèces de plantes. La disparition d’un papillon peut donc avoir des répercussions sur la survie d’une plante, et vice-versa.

Alors, pour favoriser notre environnement, il est important de privilégier 2 aspects : l’alimentation et l’habitat des animaux. Et c’est possible d’apporter ces 2 points dans un jardin, même dans un milieu urbain.

Comment favoriser la biodiversité dans votre jardin urbain ?

Commencez par aménager leurs habitats

Créer des massifs et des haies

En plus de clôturer, séparer des espaces ou protéger des vis-à-vis, les haies et massifs sont un vrai refuge pour tout un tas d’espèces, et notamment les oiseaux. 

Nous vous conseillons d’opter pour une haie ou un massif composé de nombreuses espèces d’arbres et arbustes comme de l’amélanchier, de la véronique, des cornouillers, du tamaris… N’hésitez pas, à sélectionner des persistantes vous permettant d’avoir un beau jardin bien garni même en hiver. Pittosporum, photinia, abelia, ces variétés garderont leurs feuilles.
Vous pouvez également ajouter des plantes qui fournissent des baies et des fruits aux animaux : aubépine, églantier, sureau, groseillier…

Les haies vont permettre à votre jardin urbain de régulariser l’humidité, tout en empêchant le dessèchement du sol et des plantations. Elles luttent aussi contre les effets néfastes du vent (érosion des terres, dissémination des parasites et des insectes pollinisateurs). 

Selon vos goûts, vous pouvez installer différents types de haies/massifs : 

  • une haie simple : c’est une seule espèce plantée sur toute la longueur. À tailler 1 à 2 fois par an.
  • une haie variée : vous pouvez mélanger plusieurs espèces d’arbres (forsythia, charme, eleagnus, viburnum, …). Vous devrez aussi la tailler 1 fois par an. 
  • une haie libre : c’est une haie non taillée qui peut contenir beaucoup de petits arbustes.
Crédit photo : Jardiner Malin

Aménager des bassins d’eau pour créer un refuge pour la biodiversité 

Même si vous avez un petit jardin, il est totalement possible de créer un petit point d’eau. Ce bassin permettra à de nombreux animaux (oiseaux, grenouilles, salamandres, libellules, hérissons…) de venir boire, tout en se rafraîchissant. 

 

Il est préférable de l’implanter dans un endroit qui sera à l’ombre aux heures les plus chaudes de la journée, entre 14h et 16h, car trop de chaleur favorise le développement d’algues et augmente la probabilité d’avoir une eau trouble (ce qui n’est pas bon pour les animaux). Une certaine exposition à la lumière reste néanmoins vitale.

 

Il existe 2 sortes de bassins : le vivier (un filtre est indispensable) et le bassin naturel (les plantes et les animaux assurent un équilibre biologique). Selon le bassin choisi, faites attention aux poissons à mettre dedans. 

Nos conseils : 

  1. Creusez votre bassin d’eau en été. 
  2. Ajoutez le fond (bâche* ou bassin préfabriqué) en septembre et attendez les premières grosses pluies automnales pour la remplir. En plus, l’eau de pluie est plus saine que l’eau de ville. 
  3. Recréer un espace facilitant l’approche des animaux avec des cailloux, du sable pour aménager une pente douce, des galets… 

* Attention, si vous choisissez une bâche, veillez à ce qu’elle soit résistante au rayonnement UV, à la pression des racines, aux variations de température tout en étant compatible avec les poissons. L’épaisseur recommandée pour le matériau est d’au moins un millimètre.

Quelles plantes aquatiques ajouter dans votre futur bassin ? 

    • Pour les bords du bassin (jusqu’à environ 20 cm de profondeur) : vous pouvez choisir des iris de Sibérie (fleurs bleu-violet), des salicaires communes (fleurs roses), des primevères jaunes, des soucis d’eau ou des callas des marais. Pour l’entretien de vos plantes sur les bords du bassin, vous devez veiller à les tailler entièrement après l’hiver.
  • Pour les bassins entre 20 et 60 cm de profondeur : choisissez par exemple des cressons de fontaine, des joncs fleuris, des pesses d’eau. Pensez à les raccourcir fréquemment.
  • Pour les bassins profonds (à partir d’environ 60 cm de profondeur) : il existe le fameux nénuphar qui est totalement adapté aux bassins profonds. Petit conseil : les feuilles des nénuphars n’aiment pas être arrosées par des fontaines ou autres jets d’eau. Vous pouvez aussi choisir des salviniaceae, des stratiotes aloides ou des nymphoides peltata.

 N’oubliez pas d’ajouter des poissons dans votre bassin (on oublie les poissons rouges qui sont de gros carnassiers). Mais pas n’importe lesquels. En fonction de la taille de votre bassin, choisissez la bonne espèce. N’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un spécialiste. Les poissons jouent un vrai rôle dans la création de votre refuge pour la biodiversité. Ils se nourrissent de larves de moustiques, et évitent donc leur prolifération. Vous pourrez dire adieu à ces petites bêtes qui ont tendance à nous énerver surtout l’été.

Crédit photo : Le Soleil Numérique

Fabriquer des hôtels à insectes 

En fabriquant des hôtels à insectes, vous contribuez d’une part à lutter contre les parasites des plantes présentes dans votre jardin/potager et ainsi créer une meilleure politisation des légumes/fruits; d’une autre part, vous contribuez à favoriser la biodiversité locale et à rétablir l’équilibre de la chaîne alimentaire. 

Où l’implanter ? Privilégiez un emplacement (de préférence) au Sud ou au Sud-Est, le dos aux vents dominants, avec un toit imperméable (en ardoise par exemple) pour le protéger de la pluie, et surélevé d’au moins 30 cm pour le mettre à l’abri de l’humidité du sol. 

Le fabriquer soi-même ou en acheter dans le commerce ? Vous pouvez tout à fait créer votre propre hôtel à insectes. Il existe de nombreux tutos sur Internet pour en créer : hôtels à insectes, bûche percée, un pot en terre cuite retourné avec de la paille à l’intérieur… Mais, si vous manquez de temps, vous pouvez aussi acheter directement dans des magasins votre hôtel à insectes.

Crédit photo : Adobe Stock

Maintenant, développer leur nourriture

Planter des fleurs indigènes et mellifères

Mais d’abord, revenons sur ce qu’est une fleur indigène : c’est une fleur qui pousse naturellement à un endroit – et une fleur mellifère : c’est une fleur qui attire les abeilles sauvages, les papillons et les insectes tout en leur fournissant de la nourriture grâce à ces fleurs. En privilégiant les espèces locales, vous vous assurez d’avoir des plantes adaptées au climat, aux saisons et aux animaux qui vivent en équilibre avec elles. Elles seront donc plus résistantes et nécessiteront moins d’interventions, moins d’arrosages, moins d’engrais. Magique non ? 

En ajoutant des fleurs indigènes et mellifères, vous fournirez nectar et pollen aux insectes pollinisateurs.

Ajouter des plantes aromatiques et des arbres fruitiers

En ajoutant des plantes aromatiques comme le romarin, la sauge, la ciboulette, la lavande, les abeilles, les bourdons et les papillons viendront rapidement se nourrir dans votre jardin urbain. Vous pourrez ainsi recréer un refuge pour les animaux. Pensez également aux arbres fruitiers (pommiers, cerisiers, pruniers…) qui sont une alimentation pour les oiseaux notamment. En les attirant dans votre jardin, vous leur permettez de réguler l’ensemble de l’écosystème.

Entretenir les végétaux pour nourrir et protéger les sols

Transformer son jardin urbain en un refuge pour la biodiversité demande quand même un minimum d’entretien. Mais, même ces gestes vont permettre à cet écosystème de se réguler. Taillez vos plantes et fleurs, puis étalez-les à leur pied. Vos déchets végétaux vont rapidement se décomposer, et apporteront l’humus nécessaire à la terre pour nourrir vos plantes et fleurs – et les protéger. Vous n’aurez plus besoin de désherber, ni de traiter. 

Vous pouvez aussi, pour protéger la couche supérieure de votre sol, ajouter de la paille. 

Point important : en créant un refuge pour la biodiversité, il faut éviter à tout prix les engrais et pesticides chimiques, qui peuvent rapidement dérégler l’ensemble de l’écosystème.

S’entourer d’un professionnel pour transformer son jardin en un refuge pour la biodiversité

C’est un travail qui peut-être plus compliqué qu’il y paraît. Entre la construction globale, le placement des éléments au bon endroit et le choix des végétaux adaptés au climat et à l’ensoleillement, vous pouvez être rapidement perdus. C’est pourquoi, nous accompagnons, depuis 14 années, les particuliers dans l’aménagement de leur extérieur. Nous pouvons construire ensemble votre projet de jardin urbain. Nous saurons mettre tout notre savoir, acquis depuis des dizaines d’années. 

N’hésitez surtout pas à nous contacter.


    Aménagement paysagerDécoration végétaleÉvénements éphémères

    Contactez-nous

    Via ce site, par mail, par téléphone !
    8 Rue Marco Polo
    44340 Bouguenais
    contact@vert-morisson.fr

    Tout droits réservés 2020 VERT MORISSON | Site internet crée par l’agence web GRAPHILAB